La cérémonie d’ouverture du 16ème Forum Pharmaceutique International Bamako 2015. PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Dr Soumaïla COUMARE   
Jeudi, 04 Juin 2015 20:48

La salle des conférences de mille places du CICB a refusé du monde ce jeudi 04 juin 2015 à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Forum Pharmaceutique International placée sous la présidence effective de Monsieur le Président de la République du Mali, Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA...

Le thème central de ce Forum était: «Partenariat Public-Privé pour un accès universel aux produits de santé»

A 10 heures 40 min, le Président de la République, accompagné des membres du gouvernement, fit son entrée dans la salle de conférence pleine à craquer sur de belles mélodies de l’Ensemble Instrumental du Mali. Après l’installation des officiels, ce dernier enchaina avec son titre emblématique Yala Yala Fura qui trace les contours du danger lié à l’utilisation des médicaments de la rue.

Les maîtres de cérémonie étaient : Ibrahima Diombélé de l’ORTM et notre consœur Dr Harira CISSE du LNS qui fit montre à l’occasion, de réels talents de communicatrice. Notre consœur présenta le programme qui se déclinait en mots de bienvenue, présentation du Partenariat Public-Privé, sketch sur les médicaments de la rue, différentes allocutions, discours d’ouverture de Monsieur le Président de la République, visite des stands et interview de Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA.

Le premier intervenant, le maire de la Commune III du district de Bamako a d’abord mis l’accent sur l’importance de la pharmacie dans nos politiques de santé avant de souhaiter la bienvenue aux participants. Il leur a également souhaité plein succès dans les travaux et un agréable séjour dans la cité des trois caïmans.

Monsieur le Maire, ainsi que tous les autres intervenants ont unanimement salué la présence du Président de la République à la cérémonie d’ouverture du Forum, malgré son agenda chargé. Cette présence témoigne, si besoin en était, de la vision et de l’intérêt que porte le Président IBK à la santé et, partant, au bien-être des populations africaines.

A la suite du maire de la CIII, le Partenariat Public-Privé fut présenté par l’éminent professeur de microbiologie, le Pr Brehima KOUMARE, également Président de la Commission scientifique du 16ème FPI. Il dira que le Forum est l’événement pharmaceutique le plus important, organisé en Afrique chaque année depuis 2000 par l’Inter Ordre des Pharmaciens d’Afrique (IOPA), l’Inter Syndical des Pharmaciens d’Afrique (ISPHARMA), l’Association Africaine des Centrales d’Achat de Médicaments Essentiels (ACAME) et l’Association des Directions de la Pharmacie et du Médicament (ADPM) de 17 pays africains en collaboration avec la Conférence Internationale des Ordres de Pharmaciens Francophones (CIOPF). C’est la deuxième fois que le Mali abrite une édition du Forum après celle de 2005 et, le présent Forum enregistre la participation de plus de 930 professionnels du médicament venant de 34 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe a-t-il précisé.

Le Pr KOUMARE précisa également que l’accès aux produits de santé est un défi majeur. L’Afrique consomme 3% des médicaments vendus dans le monde, l’Afrique du Nord et l’Afrique du Sud produisent 60 à 80% de leur besoin pendant que l’espace UEMOA compte 15 unités industrielles pharmaceutiques pour 80 millions d’habitant. Dans ces pays, le budget de la santé représente 30% du budget national, d’où la nécessité d’implanter davantage d’unités de production avec une meilleure articulation Public-Privé pour que le plus grand nombre de citoyens accède à des produits de santé de qualité.

Pour montrer que le défi peut être relevé, le Pr KOUMARE donna quelques exemples de partenariat Public-Privé bien reçus : (i) le Fond Mondial fortement impliqué dans la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme a permis à certains pays comme, l’Ethiopie, le Kenya, la Namibie d’atteindre des Objectifs du Millénaire pour le Développement en matière de santé ; (ii) l’alliance GAVI, une Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation qui investit près de 7 milliards de Dollars US par an dans le Programme Elargi de Vaccination ; (iii) l’Impact GAVI pour encourager l’industrie pharmaceutique à produire des vaccins pour les pays sous-développés qui tiennent compte des caractéristiques de leurs germes pathogènes; (iv) l’Association TULIPE qui est une association d’urgence et de solidarité international des entreprises de santé. c’est une ONG qui fédère les dons des entreprises de santé pour répondre, en urgence, aux besoins des populations en détresse lors de crises sanitaires aiguës, de catastrophes naturelles et de conflits ; (v) le LEEM, les entreprises du médicament en France, pour le contrôle de qualité gratuit des médicaments dans un laboratoire indépendant ; (vi) le RESAOLAB, un réseau de laboratoire au Burkina Faso, Benin, Sénégal, Togo et au Mali qui renforce les systèmes de santé pour un bon diagnostic.

Le Professeur dira que nous pouvons et pense que nous devons et il souhaite que les réflexions menées pendant les présentes assises puissent aboutir à des actions concrètes pour que l’accès du plus grand nombre aux produits de santé de qualité soit une réalité.

La bonne santé est un droit des populations et une obligation des autorités, les privés ont un rôle prépondérant à jouer en partenariat avec l’Etat dira-t-il en guise de conclusion.

Le groupe Djamako de Kariba DEMBELE présenta ensuite un sketch de 15 min sur la vente illicite des médicaments. Ce sketch met en scène un homme qui fit recours aux médicaments de la rue pour soigner sa femme enceinte. Cette dernière se plaignant de violents mots de ventre, il vient voir le médecin au niveau des urgences de l’hôpital qui, malheureusement, n’a pu faire quelque chose pour sauver la vie de la bonne dame. Son mari interpelle les Présidents du continent africain, à qui il demande d’être pragmatiques en plus de la volonté politique pour lutter efficacement contre la vente illicite et la contrefaçon des médicaments.

Le Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali, Dr Abdou DOUMBIA dira que les pharmaciens affirment leur détermination à unir leurs connaissances, leurs compétences et tous leurs efforts pour lutter contre la vente illicite et les faux médicaments. Il sollicite un engagement politique fort pour venir à bout de ce fléau qui se nourrit de l’ignorance et de la pauvreté de nos populations.

Si les structures de santé sont publiques ou privées, la prise en charge est tout simplement bonne ou mauvaise. C’est pourquoi il demande au Président Ibrahim Boubacar KEÏTA d’être l’avocat du Partenariat Public-Privé auprès de ses pairs africains pour le plus grand bien de nos populations. Enfin le Président CNOP remercia le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique du Mali, les instances qui organisent le Forum, le groupe UBIPHARM qui est le sponsor officiel du Forum, le CICB et les pharmaciens qui ont financé le Forum à hauteur de 90%.

Dans son allocution, le Président de l’ISPHARMA, Dr Check Oumar DIA, a d’abord remercié les pionniers de la profession pharmaceutique en Afrique. Il a ensuite salué la vision et la détermination du Président IBK à engager notre pays sur la voie de l’émergence. Il attend du présent Forum des contributions et des approches novatrices pour répondre aux nouvelles exigences de la profession. l’ISPHARMA s’engage dans le Partenariat Public-Privé, les pharmaciens sont prêts à occuper leur place pour appuyer les systèmes de santé et développer des unités de production locales pour garantir l’accès des produits de santé de qualité à nos populations. Il a sollicité l’appui des plus hautes autorités pour l’actualisation des textes, le démantèlement des points de vente illégaux, la responsabilisation des pharmaciens dans les programmes de santé et, la sécurisation ainsi que le suivi rapproché de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO).

Le Président de l’ACAME a rappelé qu’en 1987 la stratégie la plus pertinente de nos politiques de santé fut élaborée à Bamako sous le nom de l’Initiative de Bamako qui est aujourd’hui mondialement connue. Il souhaite que les participants soient encore plus inspirés qu’en 1987 pour imaginer des stratégies tout aussi pertinentes pour faire face aux défis de l’heure. Il a rappelé que l’ACAME a été créée en 1996 suite à la dévaluation du franc CFA et qu’elle compte aujourd’hui 22 membres. Son objectif est d’approvisionner les structures de santé en produits de qualité à moindre coût. La similarité des problèmes de santé de nos pays nous oblige à aller vers l’intégration sous régional dira t-il, avant de souligner la pertinence du thème central et remercier les autorités et les organisateurs du présent Forum pour la qualité de l’accueil des participants.

Le Président de l’IOPA, Dr RASKALA du Tchad remercia d’abord les plus hautes autorités du Mali, d’avoir accepté d’abriter le présent Forum. Il a par la suite remercié le Comité Technique d’Organisation (CTO) du Forum pour l’hospitalité et les efforts fournis pour la tenue du Forum. Il précisa que le choix du Mali à Yaoundé en 2014 pour abriter la présente édition repose sur : le dynamisme des pharmaciens africains dans les rencontres internationales ; la solidarité des pharmaciens africains pour soutenir le Mali qui traverse une crise socio sécuritaire et confirmer que le Mali est un pays fréquentable qui offre une hospitalité légendaire ; et enfin sur la réussite de la 6ème édition du Forum tenue à Bamako en 2005.

Il souligna que la collaboration entre le public et le privé est timide dans nos pays et se résume en une relation de donneurs de leçon à exécutant. L’accès aux produits de santé sûrs et de bonne qualité est un enjeu qui nécessite le renforcement du Partenariat Public-Privé et, c’est pourquoi il souhaite que les recommandations issues de nos travaux soient mises en œuvre dans nos différents pays.

La Présidente de la CIOPF, Dr Isabelle ADENOT également Présidente de l’ordre des pharmaciens de France s’est dite heureuse d’être au Mali à nouveau après la journée de l’ordre et la semaine de lutte contre la vente illicite et la contrefaçon des médicaments. Elle a trouvé le thème central important auquel il est donné un sens beaucoup plus large, c'est donc un sujet extrêmement important qui touche à l'organisation des soins. Les Ordres apparaissent comme l’incarnation de ce principe du partenariat public/privé: organismes de droit privé, ils sont dotés de missions de service public qui leur sont confiées par les législateurs. A la différence des syndicats qui défendent les intérêts économiques de la profession, les Ordres visent avant tout la sécurité des patients, donc l’intérêt général, dira-t-elle.

Elle trouve que les Ordres sont donc un partenaire tout à fait essentiel pour les autorités, un appui sur lequel ils peuvent compter, une courroie de transmission, un corps intermédiaire. Les ordres ont des missions de contrôle de l’accès à la profession, de défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession et de promotion  de la santé publique.

Dr ADENOT a nourrit l’espoir que la convention Medicrime qui criminalise la vente illicite et la contrefaçon des médicaments soit signée et ratifiée dans nos différents pays.  Elle dira que la CIOPF réunit les Ordres de 32 pays francophones et dans les échanges, le focus est mis sur la formation des pharmaciens mais aussi sur l’égal accès aux soins, les ruptures d’approvisionnement ou les médicaments falsifiés, autant de sujets sur lesquels ils partagent leurs expertises et leurs expériences.

Mais partout, les pharmaciens sont un appui précieux a-t-elle précisé. Dans les situations de crises sanitaires comme dans le cas d’autres crises, ils se mobilisent, ici pour rappeler les règles d’hygiène, là pour garantir l’accès au médicament, même si les circonstances sont parfois extrêmement difficiles. Je souhaitais ici saluer le remarquable sens du devoir professionnel et la solidarité dont ont fait preuve les pharmaciens maliens dans le contexte de la gestion de la crise au Nord Mali. C’est un bel exemple pour les pharmaciens du monde entier.

Pour terminer, elle dira que son optimise pour la profession relève d'une analyse stratégique.

La pharmacie est un secteur d’avenir. Des congrès comme ce forum permettent de voir un horizon ambitieux, d’échanger sur nos pratiques et de progresser en nous modernisant sans frilosité. Il n’est en effet pas envisageable de laisser aux jeunes pharmaciens une pharmacie dépassée. Ouvrir l’avenir, anticiper plutôt que suivre, penser avec des idées neuves, accompagner l’idéal humaniste des pharmaciens est notre volonté partagée. Pour lire l'intégralité de l'allocution de Dr Adenot...

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, M. Ousmane KONE a souhaité la bienvenue aux participants avant de souligner que le Forum intervient au sortir du 15 mai 2015 qui a vu la signature de l’accord de paix au Mali. La présence des pharmaciens africains témoigne donc éloquemment leur engagement aux côtés du Mali. Il dira que le Partenariat Public-Privé consiste à confier au privé des missions de service public pour une plus grande efficience et demandera donc une plus grande appropriation de ce concept qui s’installe de plus en plus dans les discours. Le Mali diffusera et défendra les résolutions et recommandations pertinentes issue des travaux assurera t-il, avant de remercier les Partenaires Techniques et Financiers, les modérateurs, les panelistes et les sponsors du 16ème Forum Pharmaceutique International.

L’honneur est alors revenu à Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA de prononcer son discours d’ouverture du 16ème Forum Pharmaceutique International Bamako 2015.

Le Président IBK précisa d’abord qu’au Mandé, il y a le donner et le recevoir. Il souligna que les participants au Forum nous donnent énormément aujourd’hui en faisant le déplacement de Bamako malgré tout se qui se dit sur le Mali présentement. Il serait en deçà de tout s’il ne venait pas lui-même recevoir les délégations venues des quatre coins du Monde.

Le Président rappela que Mme Ellen Johnson Sirleaf étant empêchée pour cause d’épidémie à virus Ebola, il a personnellement participé au nom des pays bénéficiaires, à Berlin en janvier dernier, aux côtés de son homologue tanzanien et de la Chancelière Angela Merkel à une conférence de haut niveau de reconstitution des fonds GAVI. Cette conférence a permis de mobiliser les ressources supplémentaires nécessaires pour vacciner 300 millions d’enfants à travers le monde d’ici à l’an 2020.

Les présents travaux sont d’un intérêt évident, vues les difficultés d’accès aux produits de santé de qualité a-t-il assuré. Il souligna que les pharmaciens ont été aux côtés de leur peuple au moment du pire sans penser à leur Chiffre d’Affaire ou à la marge bénéficiaire et, il leur remercie pour ça.

Le Président IBK remercia le Tchad et la France pour leur courage politique dans la résolution de la crise malienne avant de rappeler que le Mali est un pays de mémoire, de solidarité et de reconnaissance. Le Mali qui a signé la paix le 15 mai 2015 ne sera pas un Mali de déception a-t-il promis. Et c’est la paix qui permet que des Hommes se concertent dans des fora comme celui-ci pour le bien de l’humanité.

Après plus de 2 heures d’horloge le Président IBK déclara ouverts les travaux du 16ème Forum Pharmaceutique Bamako 2015 à 12 heures 50 min.

Après la visite des stands sur l’esplanade du CICB, lors de son interview il appellera nos populations à faire confiance au pharmacien en matière de produits de santé car, ce dernier est un professionnel assermenté. Il soulignera à juste titre que le drame vécu par le couple dans le sketch sketch n’est malheureusement pas un cas isolé dans nos pays en voie de développement.

Grand merci au Président IBK qui vient de démontrer par sa présence à cette cérémonie d'ouverture qu'il a véritablement l'étoffe d'un grand Homme d'Etat!!!