Professeur Mamadou KOUMARE: Rencontre avec le doyen d'âge des pharmaciens, un père de la profession pharmaceutique au Mali.

Comme annoncé dans le précédent article, votre site se propose à travers la rubrique Portrait de pharmacien, de vous faire connaitre davantage nos maîtres et éminents Professeurs dont le sens de l’éthique, la rigueur scientifique et l’amour du travail bien fait méritent...

certainement d’être connus par la jeune génération de pharmaciens.

Nous nous intéressons aujourd’hui au Pr Mamadou KOUMARE que nous avons rencontré, ce 26 mars 2016, au siège de la Société Malienne de Phytothérapie (SMP) dont il est le Président en exercice depuis 1998.

Nous avons constaté à l’occasion que ce retraité de près de 80 ans reste actif même en ce jour férié quand beaucoup d’entre nous restons à la maison à tourner les pouces et, avec une passion dévorante pour la profession pharmaceutique en général et particulièrement pour la phytothérapie.

Il n’est point aisé de parler d’un si grand Homme, néanmoins nous avons trouvé sa biographie derrière son livre intitulé Pour mieux comprendre et mieux soigner par les pratiques de la médecine traditionnelle africaine. Pour ne pas être plus royaliste que le roi, nous estimons que cette biographie le présente mieux, aussi nous vous la  livrons ici :

Après avoir obtenu son diplôme de pharmacien en 1964, Mamadou KOUMARE, avec l’accord du Gouvernement malien, et avec le soutien de son père (Falley KOUMARE), a entamé en qualité de fonctionnaire détaché, des recherches sur les plantes médicinales africaines, au centre de recherches sur les toxicités à Toulouse (France).

Après sa spécialisation en pharmacodynamie, en toxicologie et un Doctorat d’état en science pharmaceutiques qui lui conféra le titre de lauréat de la faculté de médecine et de pharmacie de Toulouse (1968), il rentre au pays où on lui confie la responsabilité de la Section Recherche et Contrôle de la Division Approvisionnement  Pharmaceutique (Pharmapro).

En 1973, il devient Directeur Général de l’Institut National de Recherche sur la Pharmacopée et la Médecine Traditionnelle (INRPMT) cumulativement avec sa responsabilité de chef du Département d’Enseignement et de Recherche (DER) des sciences pharmaceutiques à l’Ecole de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de Bamako.

Admis au concours d’agrégation en pharmacognosie en 1975 à Paris, il est nommé en 1981 Directeur Général de l’Office Malien de Pharmacie (OMP) regroupant la Division approvisionnement pharmaceutique, l’INRPMT, et l’Usine Malienne des Produits Pharmaceutiques (UMPP).

Expert en médecine traditionnelle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il intègre cet organisme en 1987 comme conseiller régional chargé des technologies sanitaires modernes et traditionnelles. Il quitte l’OMS en 1996 après avoir élaboré et mis en place le programme de médecine traditionnelle du Bureau régional pour l’Afrique.

Aujourd’hui à la retraite, il continue son œuvre de revalorisation de la médecine traditionnelle.

Nous pouvons ajouter que le Pr Mamadou KOUMARE fut également Président de l’Association Malienne pour la Promotion de la Recherche, de l’Invention et de l’Innovation Technologique (AMPRIT) de 1996 à 2006 et, Président Directeur Général de la Société Médico-pharmaceutique Koumaré SA (SOMEPHARKO SA = Labophyko + pharmacie Falley) de 1996 à 2013.

Il est aussi expert pharmacologue-toxicologue national depuis 1971, Président en exercice de la Société Africaine de Phytothérapie (SAP) depuis 1995 et, Président en exercice de la commission santé et affaires sociales de l’association des anciens fonctionnaires internationaux des Nations Unies (AMAFINU) depuis 2000.

Comme distinctions honorifiques, il fut:

Lauréat de la Faculté de pharmacie de Toulouse [1968];

Docteur Honoris-causa Medecina Alternativa de l’Université du Sri Lanka [1983];

Commandeur de l’Ordre National du Mali [2003] ;

Président d’honneur de la Fédération Malienne des Associations des Thérapeutes Traditionnelles et Herboristes (FEMATH) [2002] ;

Prix de la Reconnaissance du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali (CNOP Mali) [2013] ;

Prix de la Reconnaissance du Syndicat Autonome des Pharmaciens d’Officine Privée (SYNAPPO) [2007] ;

Chevalier de l’Ordre National du Burkina-Faso [2009] ;

Officier de l’Ordre du Mérite du Niger [1981] ;

Chevalier de l’OIPA/CAMES [2007] ;

Prix du Président du Faso pour l’innovation et la recherche sur les plantes médicinales [2012].

Le Professeur KOUMARE a animé, le 05 mars 2005 au Centre Djoiliba de Bamako, une conférence organisée par l’Association pour la Promotion de la Santé (APSAN) sur La pharmacie au Mali, historique et perspectives à l’horizon 2015.

En conclusion de cette conférence, il disait: «outre la solidarité entre pharmaciens, il faut, aussi bien pour les professionnels que pour les autorités sanitaires, faire preuve d’une réelle volonté de sauvegarde du secteur. Pour cela, objectivité et rigueur dans l’élaboration et l’application de tous les textes nous semblent incontournables. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Si nous ne voulons plus qu’on nous considère comme de simples commerçants, nous devons changer d’attitude et nous comporter en agents indispensables à l’application de la politique sanitaire de notre pays. C’est dire que les officinaux doivent obligatoirement choisir la ‘’délivrance’’; que les grossistes répartiteurs acceptent la transparence par une meilleure coopération; que les industriels et les hospitaliers ne se limitent pas aux activités de routine de tous les jours.

Nous reconnaissons cependant que l’environnement socioéconomique est un handicap majeur pour y parvenir; mais nous sommes contraints de faire un choix entre redorer notre blason ou sombrer progressivement.

En 2015, nous pouvons être au bout du tunnel ou dans le gouffre; suivant notre choix pour la solidarité et le regroupement de proximité procurant un développement réel et non une survie ou l’égoïsme et le refus à la formation continue, contribuant à ternir davantage notre image».

Dans le cadre de la préparation du présent article, nous avons découvert un Homme de vision qui avait nourri de grandes ambitions pour la profession pharmaceutique dans notre pays et, qui aujourd’hui encore répond à toutes les sollicitations des pharmaciens. Aussi, il déplore beaucoup l’insuffisance des textes, le non respect du code de déontologie et le manque de rigueur dans l’application des textes de la privatisation. Comme solutions aux difficultés que traverse la profession au Mali, il préconise surtout la formation continue, la solidarité et l’application rigoureuse des sanctions prévues par le règlement intérieur.

Nous l’avons trouvé courtois, méthodique et profondément humain, allant même à nous autoriser à le tutoyer. Longue vie et une santé de fer à notre père et notre maître, Professeur Mamadou KOUMARE, pour que nous puissions davantage nous ressourcer et continuer, le plus longtemps possible, de bénéficier de tes conseils!