5ème Journée Scientifique de l'AFEPHAR: L'arthrose, la maladie ulcéreuse gastroduodénale, le RGO. Télécharger les présentations.

Le Mémorial Modibo KEÏTA a abrité le 18 janvier 2018, les travaux de la 5ème Journée Scientifique de l’Association des Femmes Pharmaciens du Mali (AFEPHAR) qui s’articulaient autour de deux thèmes principaux : La prise en charge...

de l’arthrose et L’ulcère gastroduodénale et reflux gastroœsophagien.

La cérémonie d’ouverture présidée par le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Pr Samba O. SOW, a enregistré la présence du ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme TRAORE Oumou TOUNKARA, du Doyen des pharmaciens du Mali, Pr Mamadou KOUMARE, du Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali (CNOP), Dr Aliou Badara WADE, du Président du Syndicat Autonome des Pharmaciens Privés d’Officine (SYNAPPO), Dr Cheick Oumar DIA du DGA de la CANAM et de la Présidente de l’AFEPHAR, Dr DIALLO Alimatou GUEYE.

On notait également la présence des professeurs de la faculté, des représentants des ordres, syndicats et associations professionnels de santé, des hommes de média, des pharmaciens sortis massivement et, l’animation était assurée par l’ensemble instrumental du Mali.

Au cours de cette cérémonie d’ouverture, les différents intervenants ont tour à tour salué le leadership des femmes de l’AFEPHAR ainsi que la mobilisation des pharmaciens pour la journée avant de souligner la pertinence des thèmes choisis.

Dans son allocution de bienvenue, la Présidente de l’AFEPHAR a rappelé les axes d’intervention clés de son association notamment les activités caritatives d’aide aux orphelins, de soutien au plus démunis, le parrainage des enfants, les conseils éducationnels, les dons de lait etc. elle termina par un plaidoyer pour plus de soutiens à l’AFEPHAR dans l’atteinte de ses objectifs.

Le Président du CNOP Mali est revenu sur la bonne qualité des rapports entre l’ordre les syndicats et autres associations de pharmaciens, particulièrement l’AFEPHAR, dans l’organisation de la profession au Mali. Il a, en outre, vivement remercié le Président de la République du Mali, S.E. Ibrahim Boubacar KEÏTA qui vient d’élever quatre confrères au rang de Chevalier de l’Ordre National du Mali dont trois anciens Présidents du CNOP : Dr Hamidou TRAORE, Dr Cisse Djita Dem et Dr Abdou DOUMBIA ainsi que le Conseiller Technique chargé des affaires pharmaceutiques, Dr Sekou Oumar DEMBELE.

Le Ministre de la promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille a, au nom du Président de la République, remercié les pharmaciens et l’ensemble du peuple malien pour leur patience tout au long de la crise qui secoue notre pays depuis 2012. Elle a, par la même occasion, invité les malien à promouvoir la paix. Notre pays appartient à la civilisation universelle, il a en toute souveraineté apposé sa signature au bas d’un accord de paix en 2015 a-t-elle rappelé.

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a d’abord regretté la faiblesse des données statistiques de santé au niveau national et le recul de notre système de santé sur plusieurs terrains dans la lutte contre la maladie. Il fit un bref commentaire des thèmes choisis avant d’inviter les pharmaciens à être à l’avant-garde du combat contre la vente illicite des médicaments. Dans cette lutte, le Mali doit compter d’abord sur les pharmaciens, a-t-il indiqué. Appelant, de tous ses vœux, à un changement de comportement, il a souhaité que des recommandations pertinentes puissent sanctionner la fin des travaux de la journée. Il assure que son département ne ménagera aucun effort pour la mise en œuvre et le suivi de ces recommandations avant de déclarer ouverts les travaux de la 5ème journée Scientifique de l’AFEPHAR.

Après la pause et la visite des stands, les travaux se sont poursuivis par les différentes présentations :

Arthroses : Actualités et rôle du pharmacien dans la prise en charge. Présentées par Dr Boureima KODIO, MD, Spécialiste en Rhumatologie, Maladies systémiques, Oncorhumatologie, Echographie musculosquelettique. Cette présentation a porté sur : une introduction ; les définitions ; l’étiopathogénie ; la fréquence et la topographie ; les facteurs de risque (obésité et arthrose métabolique) ; le diagnostic (signes cliniques, radiographie standard, examens complémentaires et l’évolution) ; prise en charge de l’arthrose (principes thérapeutiques, hiérarchisation des moyens thérapeutiques, les moyens non pharmacologiques et pharmacologiques) avec en toile de fond le rôle du pharmacien d’officine. Télécharger la présentation.

La maladie ulcéreuse gastroduodénale. Présentée par Dr Hourouma SOW épouse COULIBALY. La présentation a porté sur : les généralités ; les définitions (intérêt, physiopathologie, anatomie pathologique) ; signes ; diagnostic ; traitement (recommandations actuelles) et la conclusion. Télécharger la présentation.

Le reflux gastroœsophagien. Présenté par Pr Moussa DIARRA, CHU Gabriel Touré. Sa présentation a porté sur : la définition ; l’épidémiologie ; les données physiopathologiques ; la symptomatologie du RGO ; l’impact sur la qualité de vie ; les signes d’alarme ; la stratégie diagnostic (examens complémentaires) ; classification des œsophagites ; les complications ; le traitement (prise en charge par les IPP, traitement des complications) et la conclusion. Télécharger la présentation.

Les débats qui ont suivis étaient présidés par Dr DIALLO Deidia Mahamane Kattra, accompagnée du Pr Bourema KOURIBA et de Dr DRAVE Fatou Diagne.

Outre les contributions, les questions ont porté sur les points suivants : (i) le traitement par infiltration, la possibilité de guérison de l’arthrose, l’obésité et arthrose ainsi que les sports conseillés en cas d’arthrose ; (ii) l’arthrose au niveau des vertèbres et les résultats de la chirurgie pour réparer les vertèbres ; (iii) la place des massages et de la phytothérapie dans la prise en charge de l’arthrose ; (iv) lien entre l’arthrose et les crampes au niveau des membres (v) le lien entre l’arthrose et la grossesse ; (vi) la résistance de Helicobater pilori aux antibiotiques ; (vi) les craintes suscitées par la fibroscopie chez les patients ; (vii) les conséquences d’un repas copieux après 21 heures ; (viii) l’effet rebond des antiacides (ix) les causes du RGO.

A ces différentes interrogations les conférenciers ont apporté des éléments de réponse : Dr KODIO précisera qu’il faut au maximum trois (3) infiltrations par ans car les corticoïdes sont dangereux et corrosifs pour les articulations. On ne guéri pas de l’arthrose parce que c’est l’usure normale du cartilage. En cas d’arthrose, la marche, le vélo et la natation restent des exercices physiques conseillés. La chirurgie peut réparer les vertèbres usées. Le massage doit être utilisé par des professionnels. Les crampes peuvent être associées à certaines arthroses en cas de carence en certains minéraux et il recommande la prudence face à la phytothérapie en cas d’arthrose. Il n’y a pas de lien direct entre l’arthrose et la grossesse a-t-il conclu.

Dr SOW dira que la recherche de l’H. pilori n’est pas systématique et, le diagnostic biologique disponible présentement au Mali est basé sur la sérologie et la recherche des IgG. Elle précisera que l’hygiène est importante dans la prévention de l’ulcère à H. pilori, dont la transmission est oro-fécale. La fibroscopie reste désagréable certes, mais présente peu de danger avec de très rares cas de perforation surtout avec des manipulateurs peu expérimentés. Elle est également faisable sous anesthésie. Elle ne conseille pas la phytothérapie dans la prise en charge de l’ulcère gastroduodénale.

Le Pr DIARRA insistera sur la recherche de l’H. pilori avant tout traitement d’éradication, soit par le test à l’uréase ou l’anatomopathologie. Pour ceux qui ont peur de la fibroscopie, il informe que les endoscopes sont présentement souples avec plusieurs calibres. Il faut éviter le repas copieux après 21 heures. Il est revenu sur l’effet tampon des antiacides qu’il faut prendre 1 à 2 heures après le repas contrairement aux alginates qui sont pris immédiatement après le repas. Pour finir, il dira que plusieurs facteurs interviennent dans l’apparition du RGO mais, tout est lié à une défaillance du sphincter inferieur de l’œsophage.

Au terme de ces échanges, le Pr Bourema KOURIBA  a proposé trois (3) recommandations.

Aux organisateurs :

  • Mettre en place une commission scientifique pour le choix des thèmes, des titres et des temps de parole ;

A l’Etat et aux enseignants chercheurs :

  • Faire la preuve de concept des différentes pathologies dans notre pays ;
  • Etendre les différentes études, du domaine de la santé, à l’échelle nationale.

Ainsi prit fin la 5ème Journée Scientifique de l’AFEPHAR et, vivement la prochaine édition.