Palais de Koulouba: Remise de médailles à trois anciens Présidents de l'ordre des pharmaciens du Mali.

La salle de banquet du Palais de Koulouba a abrité ce matin la cérémonie de remise de distinctions honorifiques, au titre de la présidence de la République du Mali, à diverses personnalités du secteur privé dont trois anciens présidents du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali (CNOP). Les pharmaciens récipiendaires sont : Dr Hamidou TRAORE...

de la pharmacie Médine Santé ; Dr CISSE Djita Dem de la pharmacie Bien-être et Dr Abdou DOUMBIA de la pharmacie Lassana SAMAKE. Ils ont été élevés au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mali.

 

Cette cérémonie s’est tenue en marge de la 2ème édition de la rentrée économique du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM) présidée par le président de la République Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA. L’évènement a également enregistré la présence du Premier Ministre, Soumeylou Boubeye MAÏGA ; du patron des patrons maliens, Mamadou Sinsy COULIBALY ; du Ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou CISSE ; des chefs des institutions de la République ; du président de l'ordre des pharmaciens du Mali, Dr Aliou Badara WADE,  des acteurs du secteur privé ainsi que de nombreux invités.

Après une présentation vidéo des sponsors (Toguna, Malitel, CIRA s.a., UBS, SAER Emploi), la rentrée économique a été marquée par quatre (4) interventions :

Dans son allocution introductive, Mamadou Sinsy COULIBALY a plaidé pour un compromis entre le public et le privé pour un meilleur développement du secteur économique dans notre pays.

La paix durable passera par une croissance économique forte et un secteur macroéconomique assaini a-t-il soutenu avant de présenter les deux (2) thèmes de la rentrée : La caisse de dépôts et de consignation et La labélisation des entreprises. Il a terminé en réaffirmant la disponibilité de sa structure à abriter le secrétariat des reformes qui seront proposées et souhaité une pérennisation de la rentrée économique.

Les deux thèmes ont été développés par le vice-président délégué de la CNPM qui a d’abord précisé que la caisse de dépôts et de consignation est une alternative complémentaire du financement classique par les banques qui n’arrive plus aujourd’hui à couvrir le besoin d’investissement des entreprises dans les grands projets miniers, industriels, agricoles etc. cette caisse permettra de baisser le coût de l’argent et de mobiliser et dynamiser l’argent qui dort. Après l’historique de la caisse de dépôts et de consignation en France, il donna quelques exemples réussis de caisse : France, Sénégal, Tunisie, Maroc.

En ce qui concerne la labélisation des entreprises privés, il donna une définition du concept (logo et attestation) ensuite les objectifs ; le process (3 catégories : A, B et C), ; l’engagement (secteur privé et Etat) ; la mise en œuvre (comité d’attribution).  Cette procédure nécessite l’élaboration des textes et un suivi-évaluation a-t-il précisé.

Dans son intervention le Ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou CISSE fit le point d’exécution des recommandations (de la première journée) qui portaient sur l’emploi et la formation professionnelle et l’accès à la commande publique pour le secteur privé. Sur les vingt (20) recommandations formulées, le comité mis en place pour le suivi en a retenu dix-sept (17) et, cinq (5) sont aujourd’hui exécutées et les autres en cours d’exécution dont une bonne partie est déjà prise en compte par la prochaine loi de finance. Il a surtout souligné la fusion des taxes sur le salaire qui passent de cinq (5) à deux (2) taxes et la baisse même du taux de ces taxes de 5% à 4,5%. Le lundi dernier, un décret qui accorde la préférence nationale, en matière de commande publique pour certains types de marchés, a été signé. Sont concernés par ce décret : les travaux en dessous de 100 millions, les fournitures en dessous de 80 millions et les prestations intellectuelles de moins de 70 millions de francs CFA.

En réponse à ces différentes interventions, le président de la République a réaffirmé l’engagement de l’Etat en faveur d’un secteur privé fort, dynamique et porteur de croissance capable de tirer notre pays vers le haut. Notre pays a connu une croissance négative en 2012 avant de renouer avec la croissance en 2013 et depuis, le taux moyen annuel de croissance est de 5 à 6% a-t-il rappelé. Le cadre macroéconomique est aujourd’hui assaini et la multiplication des fora dans notre pays ces dernières années est là pour l’attester.

Le Mali est devenu la 3ème économie de l’espèce UEMOA et le premier producteur de coton en Afrique avec une production record de 728 600 tonnes de coton graine. En Afrique de l’Ouest le Mali est aujourd’hui deuxième producteur de cheptel après le Nigeria et troisième producteur d’or.

Notre pays est également parvenu à respecter en 2017 tous les critères de convergences macroéconomiques y compris le plus difficile, celui relatif au déficit budgétaire avec la norme de 3% du PIB. Les dépenses en capital ont connu une hausse de 34,8% l’an au-dessus de la norme minimale de 20% fixé par la CEDEAO a précisé Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA. Il a aussi tenu à préciser que les acteurs du secteur privé ont été les puissants vecteurs de ces performances obtenues.

Le gouvernement reste à l’écoute de son secteur privé et, se disant favorable aux deux thèmes de la présente rentrée, le président IBK a remercié les acteurs dudit secteur pour leur engagement, le payement des impôts et taxes et la création d’emplois. Il les invite à plus d’efforts pour une transformation de nos matières premières car nos pays ont trop longtemps souffert de l’exportation de celles-ci à l’état brut.

C’est alors que le Président de la République a remis des distinctions honorifiques à Mamadou Sinsy COULIBALY et aux autres récipiendaires présents dont le président sortant du CNOP Mali, Dr Abdou DOUMBIA. Les deux autres pharmaciens récipiendaires, Dr Hamidou TRAORE et Dr CISSE Djita Dem, avaient des empêchements.  Les mots de remerciement du président du CNPM et la réponse du Chef de l’Etat mirent fin à cette 2ème édition de la rentrée économique.

Vivement la troisième édition.